La presse bouillonne, la plume s'envole

Paris fera toujours la fête

Le 18 Novembre 2015 à 15h22

Photo d'illustration. Crédit: M.-S.B.

Texte publié sur le site du Figaroscope.

Mardi soir, l'évènement «Tous au bistrot» invitait les Français à se retrouver dans les cafés et restaurants, après les attentats de vendredi dernier. Parmi eux, deux soeurs ont répondu à l'appel, en terrasse, place de la République, bien décidées à ne pas se laisser abattre.

Sur la ligne 9 du métro parisien, la rame est pleine à craquer, ce mardi 17 novembre à 19h30. Comme tous les jours de la semaine, aux heures de pointe. Mais à l'ouverture des portes à la station République, le wagon se vide presque totalement. La majorité des voyageurs ont choisi de se réunir sur la place.

A quelques mètres de là, à l'angle du boulevard Voltaire, l'heure n'est pas au recueillement au restaurant La Taverne (XIe). Un serveur zigzague entre les clients, et fait des allers retours entre le bar et la terrasse. Dehors, une bonne partie des tables sont occupées. Autour de l'une d'entre elles, deux sœurs discutent avec entrain, une bière à la main. Ce soir, le guide Fooding a relayé l'appel «Tous au bistrot», incitant les Français à sortir boire un verre et dîner dans les cafés, pour soutenir les professionnels de la restauration, profondément touchés par les attentats terroristes de vendredi dernier. «L'idée, c'est d'inviter les gens à ne pas se laisser abattre, et à ne pas déserter ces lieux», explique l'équipe du Fooding. Et c'est bien ce que comptent faire Claire, 27 ans, employée dans l'immobilier, et son aînée de trois ans, Aude, assistante de direction. De toutes façons, c'est une tradition: «Chaque mardi, on a pris l'habitude de se retrouver dans Paris pour boire un verre. La seule chose qui a changé cette fois, c'était de venir symboliquement à République», confient-elles en chœur. Ces deux jeunes femmes aux cheveux longs, châtains pour la plus jeune et bruns pour la seconde, semblent à l'aise dans leurs baskets. Entre deux gorgées de bière, un serveur les interpelle: «Les filles, à 21 heures, on fait une minute de silence: je compte sur vous!»

Une minute d'espoir

Il y a une semaine, jour pour jour, Aude et Claire sont sorties toute la nuit, puisque le mercredi était férié. Elles ont profité d'un évènement organisé au Bataclan pour fêter l'anniversaire d'un ami. «On a eu de la chance de ne pas y être ce vendredi», réalise Claire, les yeux brillants. Un de ses collègues, lui, était dans le public mais a réussi à s'échapper, par chance. Elles se disent «choquées», avouent avoir «peur», et se sentent surtout envahies par une lourde incompréhension: «Nous sommes en France, c'est le pays des droits de l'homme! Je n'ai jamais eu aucune inquiétude dans Paris, même pas de rentrer tard le soir. Je me suis toujours sentie en sécurité dans ma capitale...», déplore Aude.

À 21 heures, les deux jeunes femmes se plongent soudain dans un mutisme total. Autour d'elles, la terrasse est silencieuse. Bien sûr, on entend le bruit des voitures, et quelques klaxons, mais les bavardages se sont dissipés. Les regards, dirigés vers la place de la République, semblent davantage flotter dans le vide. Quand les discussions reprennent enfin, l'émotion surprend Claire. Sa sœur l'embrasse, et s'empresse de la faire rire: «Bah voilà, le maquillage coule et on va ressembler à des pandas!» Les deux jeunes femmes se refusent pour autant de modifier leur joyeuse routine: «Je continue ma vie, affirme Aude. Et prendre un verre en terrasse, c'est une habitude. Il est hors de question d'arrêter: on fera toujours la fête, si ce n'est plus. On est touchées, mais on n'a pas un genou à terre». Après ces mots d'espoir, les deux soeurs ont retrouvé leur enthousiasme, et trinquent naturellement avec leurs voisines de table. Mardi prochain, Claire et Aude seront encore, toutes les deux, dans un bistrot.

Marie-Sarah Bouleau

Commentaires

Babou
Le 22.11.2015 à 16h34
Très bel article .... Merci de nous faire partager ce moment très touchant.
TWIST
Le 20.11.2015 à 13h12
Article poignant qui reflète bien l'atmosphère ambiante !!!
hybris
Le 18.11.2015 à 19h10
juste, là encore;..! la récurrence de l'écriture atteste, bien malheureusement, celle des événements!

Laissez un commentaire