La presse bouillonne, la plume s'envole

Escalade, relax!

Le 02 Avril 2015 à 16h56

Photo d'illustration. Crédit: M.-S.B.

Comparution immédiate, tribunal de Paris.

«On a affaire à l’homme araignée», résume le procureur. John, la trentaine, est cordiste. C'est-à-dire qu’armé de son baudrier, il s’élance sur les façades des bâtiments difficiles d’accès, pour leur entretien ou leur rénovation. Alors, forcément, lorsqu’on l'empêche de récupérer ses affaires, dans son ancien logement: ni une, ni deux, il descend en rappel pour tenter de s’introduire par la fenêtre.

«Le 10 janvier à 13h55, des policiers sont appelés pour un cambriolage, au cinquième étage d’un immeuble, dans le 13e arrondissement de Paris», relate la présidente. John, un grand jeune homme, cheveux bruns en pétard, écoute patiemment, sans sourciller. Il comparaît aujourd’hui pour vol par effraction. La victime, absente à l’audience, affirme dans un premier temps être étrangère à ce drôle d’oiseau… puis se rétracte: «La fameuse Jessica change de discours, elle a fini par reconnaître que vous avez vécu chez elle entre le 20 décembre 2014 et le 1er janvier 2015». En vérité, elle lui a sous-loué une chambre, sans prévenir le propriétaire, d’où sa réticence à passer aux aveux. Initialement, il était prévu que John s’installe pour un mois, tout était déjà payé. Mais finalement, Jessica décide de réduire la durée du séjour. «Je l’ai pris très calmement, explique-t-il, je lui ai juste demandé de récupérer mes affaires, et de me rembourser, au prorata».

Quelques jours passent, John ne parvient toujours pas à reprendre ses biens personnels. Il décide donc d’aller les chercher lui-même… Il s’accroche alors tout naturellement sur le toit de l’immeuble, et descend, en rappel, jusqu’à la fenêtre de l’appartement en question. Au fur et à mesure de l’audience, les rôles ont tendance à s’inverser, et on aurait presque envie de plaindre le jeune homme de se retrouver face à ce tribunal. La relaxe, prévisible, est finalement prononcée. A l’avenir, il lui est tout de même conseillé de passer par les portes: ça devrait être dans ses cordes…

Marie-Sarah Bouleau

Commentaires

Le. Canard boiteux
Le 06.04.2015 à 08h04
Hé hé, ça aurait pu m'arriver dans ma jeunesse! Clés oubliées quand on habitait Grenoble .. Du coup, escalade de balcons en balcons depuis la cage d'escalier. Et puis, encore plus " grandiose" , mon premier baudrier et corde à 17 ans... fallait bien essayer si ça fonctionnait bien! Un nœud autour du pied du lit , jeté de corde par la fenêtre et rappel de la face nord du 41 av Victor Hugo!!! Bonne continuation, c'est top. Jmi

Laissez un commentaire