La presse bouillonne, la plume s'envole

Atterrissage incontrôlé

Le 11 Avril 2015 à 17h42

Photo d'illustration. Crédit: M.-S.B.

Comparution immédiate, tribunal de Créteil.

Chala, une italienne d’une trentaine d’années, entre discrètement dans le box, en se frottant les yeux avec la manche de son pull. Une interprète vient à sa rencontre. Le 9 mars dernier, la jeune femme a pris un avion à Saint-Domingue, pour rejoindre l’Italie, avec une escale à Orly. Mais elle n’arrivera pas à destination: dans sa valise, un peu plus de deux kilos de cocaïne ont été retrouvés.

«Vous êtes poursuivie pour transport, détention, acquisition et importation de stupéfiants», annonce le président. Chala a embarqué à Saint-Domingue avec une valise contenant une multitude de pots de cosmétiques. Pas une histoire de coquetterie, non, mais de cocaïne. Dans six d’entre eux, la douane retrouve treize paquets de poudre blanche. 2302 grammes, au total. «Qui vous a remis ces produits? – Une personne, à Saint-Domingue. – Son nom est très connu, les médias en parlent: c’est le chef d’une bande de trafiquants de cocaïne. Pourquoi avez-vous accepté? – Parce qu’il menaçait ma famille. – Etiez-vous en contact téléphonique avec cette personne? – Oui». La dernière communication remonte à la veille des faits. «Tu dois me faire venir les filles», demande l’homme, dans l’une des conversations. «Les filles», c’est la drogue, assure la prévenue. Pour le procureur, Chala est «clairement impliquée» dans ce trafic. Au regard des nombreux messages codés dans les échanges, le magistrat en vient même à s’interroger sur son rôle: «Recrutait-elle aussi des passeurs?» Son passeport mentionne en effet de nombreux allers-retours entre les deux pays. Mais, Chala est maman de deux enfants de quatre et sept ans, issus de mariages différents, et l’un vit justement à Saint-Domingue, l’autre, en Italie. La jeune femme restera en territoire inconnu: le tribunal prononce deux ans de prison, avec maintien en détention, et 69060 euros d’amende douanière.

Marie-Sarah Bouleau

Laissez un commentaire