La presse bouillonne, la plume s'envole

Rouler dans la farine

Le 17 Février 2015 à 23h25

Photo d'illustration. Crédit: M.-S.B.

Comparution immédiate, tribunal de Paris.

Dans le box, Nassim, 26 ans, ne semble même pas prêter attention au policier qui lui ôte ses menottes. Ses yeux sont préoccupés par le public, son regard balaie l’auditoire. Ses sourcils se défroncent tout à coup pour laisser place à un large sourire sur son visage lorsqu’il reconnaît enfin deux jeunes filles.Discrètement, quelques langages de signes sont improvisés. Le tribunal suspend ces retrouvailles pour en venir aux faits.

Le 5 janvier dernier, Nassim effectuait des livraisons de pain pour une pâtisserie. Un remplacement de quelques jours, sans aucun contrat de travail. Des policiers procèdent au contrôle de son véhicule, à la suite d’une erreur de conduite.  Sauf que son permis de conduire, Nassim l’a restitué en décembre 2013 après avoir perdu tous ses points. Neuf condamnations sont déjà portées à son casier judiciaire, faute de conduite sans permis à de nombreuses reprises. La présidente s’étonne: «On peut dire que vous n’arrêtez pas! Mais que se passe-t-il dans votre tête pour recommencer?» - «Je ne conduisais pas pour le plaisir: je voulais me faire un peu d’argent car je ne travaillais pas».

Afin de préparer sa défense, ce jeune diplômé en pâtisserie avait demandé le renvoi de l’affaire; il est depuis placé en détention provisoire. Son avocat argue le soutien de son entourage: «Sa famille a trouvé une pâtisserie, pignon sur rue, qui est prête à l’embaucher». Le tribunal le déclare cependant coupable en le condamnant à trois mois de prison, et à 300 euros d’amende, tout en révoquant un précédent sursis de cinq mois, datant de 2014. Dans un premier temps choquées, les deux jeunes filles s’exaltent finalement à l’annonce de sa libération: sa peine sera aménagée. Sans dissimuler leur joie, elles s’empressent de se diriger vers la sortie. «Chut, chut! Sortez!», souffle un policier.

Marie-Sarah Bouleau

Laissez un commentaire