La presse bouillonne, la plume s'envole

Apprenti matelot à bord de l’Hermione

Le 22 Avril 2015 à 16h00

(Ici, la frégate était en escale à La Rochelle, début avril 2015.) Crédit: M.-S.B.

[En 1780, le marquis de La Fayette embarque sur l’Hermione, pour se rendre aux Etats-Unis et rejoindre les insurgés américains, en lutte pour leur indépendance. En 2015, une réplique de cette frégate a été construite, afin de faire revivre, une seconde fois, ce grand voyage historique, symbole de la fraternité franco-américaine. L’Hermione a pris le large ce samedi 18 avril, pour traverser l’Atlantique, et reviendra en France au mois d’août prochain.]

Tel un conquérant, il s’apprête à traverser l’Atlantique sur un trois-mâts. Tel un grand navigateur, il va braver la mer pour rejoindre les Etats-Unis… En vérité, «lui», c’est Geoffrey, 21 ans, l’un des 150 volontaires et membres de l’équipage de l’Hermione. Et c’est -presque- par hasard, et sans réelle expérience, qu’il s’est retrouvé à bord de la frégate.

2

Crédit: M.-S.B.

L’Hermione a pris le large, et tous, à bord, attendaient naturellement ce moment avec impatience. «On appréhende juste le retour… car même si on a hâte de partir, le départ est le début de la fin…», regrette un peu Geoffrey Laulan, qui consacre son temps pour la frégate, depuis maintenant un an. Tout est allé très vite, finalement. Le bac en poche, le jeune homme, originaire de région parisienne, intègre l’an dernier le lycée maritime de La Rochelle, afin d’obtenir un brevet de commandement de la marine marchande. «Je me suis retrouvé dans une classe de charentais, qui s’est bien marrée», quand il avoue justement, d’emblée, ne jamais avoir entendu parler de l’Hermione. Le lendemain, il s’empresse d’aller visiter le bateau. Il se retrouve face à un majestueux trois-mâts en bois, de plus de 65 mètres de long, et habillé de 2200 m² de voilures. «Et là, c’est le coup de foudre…», se remémore-t-il, avec un large sourire.

Recruté comme volontaire

Geoffrey apprend qu’un appel à l’équipage a été lancé: 150 volontaires, sans qualification requise, sont recrutés et formés pour faire partie du voyage, aux côtés de professionnels. Il tente sa chance… et très vite, s'ensuivent trois jours de formation. Le reste, il l’apprend sur le tas, en passant tout son temps sur le navire, depuis juin 2014. Il fait le choix de tout mettre en suspens, jusqu’à la fin du voyage de l’Hermione, en août prochain : «Bosser dans le milieu des vieux gréements, c’est très compliqué. J’ai réalisé que j’avais une aubaine incroyable». Geoffrey intègre tous les savoirs techniques nécessaires, et participe notamment aux premiers essais en mer du bateau, en septembre dernier. Des roulements sont organisés entre les volontaires, puisqu’ils ne peuvent pas être plus de 56 à bord. Le jeune matelot n’est pas présent pour le départ, mais embarquera début juin lors de la première escale américaine, à Yorktown, pour tout le reste de la navigation jusqu’au retour en France.

«Une deuxième famille»

Chaque matelot volontaire participe ainsi à une partie du voyage. Âge, nationalité, profession, tous ont des profils différents, alors forcément, «sur ce bateau, tu apprends énormément, en permanence, sur les autres et sur toi-même». A bord, des vannes fusent et l’ambiance est bon enfant. Ces derniers mois, «on vivait ensemble en permanence: c’est devenu une deuxième famille!» Il regarde autour de lui, et présente fièrement le moindre détail avec précision. A l’intérieur de la frégate, dans les postes où dort l’équipage, des hamacs sont suspendus. Loin du grand confort, mais peu importe: «En mer, tu ne te reposes jamais plus de quatre heures d’affilée. Il y a tout le temps du bruit: en haut, les autres crient, donnent des ordres, tapent du pied… Et le bateau craque énormément». Il lance un enregistrement capturé en pleine navigation sur son téléphone, dans lequel on entend le bois grincer au rythme des mouvements de la mer… «Moi, j’adore, c’est comme un chant». Geoffrey se laisse ainsi bercer par le voyage de l’Hermione, sans vraiment savoir où il accostera, lui, à l’arrivée.

Marie-Sarah Bouleau

3Crédit: M.S.B.

Commentaires

TWIST
Le 29.04.2015 à 16h22
Bon vent à L'HERMIONE !!!

Laissez un commentaire